Les compléments alimentaires sont sans intérêt chez les enfants si ces derniers sont en bonne santé et s’ils bénéficient d’une alimentation équilibrée et variée.

Il est possible de leur en donner pour combler les éventuelles carences ou pour prévenir l’apparition de certains problèmes de santé. Mais il y a des conditions à respecter pour éviter les effets secondaires.

Quand donner des suppléments nutritionnels aux enfants ?

Avant tout apport de complément alimentaire il est important de consulter un médecin, lui seul est capable de vous dire ce qui est bon pour votre enfant.
Une carence en fer, en vitamine D, en vitamine K, en fluor ou en calcium est souvent observée chez les enfants qui ne mangent pas assez de fruits, de légumes, de viandes, de poissons et/ou de céréales. Pourtant, le fer est un minéral vital pour eux. Il contribue à la fois à la production d’énergie, au fonctionnement normal du système immunitaire et au développement des sens.
Pour ce qu’il en est de la vitamine D, elle favorise l’absorption du calcium par l’intestin, la fixation de celle-ci sur les os et au métabolisme du phosphore.
Par ailleurs, la vitamine K intervient surtout dans la coagulation du sang et le fluor est nécessaire pour lutter contre les caries et pour renforcer l’émail des dents. Enfin, le calcium est essentiel pour une bonne minéralisation du squelette. Il est vraiment important pendant l’enfance et pendant la phase de croissance.

Comment écarter tout risque de surdosage ?

Pour écarter tout risque de surdosage, il est conseillé de ne jamais faire d’automédication par les compléments alimentaires chez les enfants. Il faut toujours demander l’avis d’un médecin ou d’un pédiatre afin de connaître le type de gélules à prendre ainsi que sa posologie.
Il ne faut surtout pas prolonger les traitements, ni changer les doses prescrites par le spécialiste de la santé. Il ne faut pas non plus prendre différents suppléments nutritionnels en même temps et il faut faire attention aux médicaments qui peuvent interagir avec le traitement.
Normalement, les contre-indications et les effets secondaires de chaque complément alimentaire sont mentionnés dans sa notice. Ainsi, il faut donc songer à bien lire ce petit manuel avant de l’utiliser.
En cas de surdosage en vitamine D, par exemple, des malaises du genre fatigue, somnolence, irritabilité, maux de tête, vomissements, vertiges, diarrhée ou douleurs musculaires peuvent apparaître.
Et si l’intoxication est sévère, l’enfant peut connaître une augmentation de la soif, des urines très fréquentes, des troubles de l’équilibre, des confusions, voire même le coma. Étant encore petit et sensible, l’enfant est plus susceptible d’avoir une hypercalcémie, c’est-à-dire d’un taux de calcium excessif dans le sang.