Depuis le 1er juillet 2021, le congé de paternité a connu une intéressante évolution.

Il dure désormais 28 jours, c’est-à-dire que les jeunes papas peuvent profiter plus longtemps de leur nouveau-né.
Normalement, les trois premiers jours d’absence sont payés par l’employeur et le reste est pris en charge par la CPAM. Il est également possible de prendre ce congé en une seule fois ou de le fractionner. Mais pour en bénéficier, il faut faire une demande auprès de l’employeur et remplir certaines conditions.

Faire une demande de congé de paternité

Il est vrai que le congé de paternité est un droit, mais il est nécessaire de suivre quelques démarches pour éviter les soucis. Tout d’abord, le jeune papa doit informer son employeur par écrit. Il doit lui envoyer une lettre recommandée afin de le mettre au courant de la date prévue d’accouchement, de la date de début et la date de fin du congé.
Si la naissance survient avant la date prévue d’accouchement, le jeune papa doit prévenir son employeur le plus tôt possible. Dans ce cas, la date de début et la date de fin du congé de paternité seront modifiées.
Pour soutenir la demande, il faut la fournir avec une photocopie du certificat de naissance ou du certificat d’adoption. Et bien sûr, il ne faut pas oublier de mentionner par écrit l’existence de ces documents pour prévenir les éventuelles contestations. Quelles que soient vos relations avec votre employeur, vous pouvez toujours demander conseil auprès d’un avocat spécialiste du monde du travail à Béziers pour vous expliquer vos droits.

Remplir certaines conditions

Il convient de noter qu’il faut également envoyer les mêmes documents à la caisse d’assurance maladie pour pouvoir toucher les allocations. Et de son côté, l’employeur doit fournir au jeune papa une attestation de salaire, dès le début du congé de paternité, pour que l’assurance maladie puisse vérifier son profil et sa situation et calculer le montant de ses indemnités.
Par ailleurs, le jeune papa doit aussi disposer d’un numéro de Sécurité sociale depuis au moins dix mois et il doit avoir occupé son poste au moins 150 heures au cours des trois mois qui précèdent la naissance de son enfant. Enfin, le jeune papa doit cesser toute activité salariée pendant son congé de paternité pour ne pas avoir de problème avec la CPAM.

Le congé de paternité : pour qui ?

Avant de clôturer ce post, il y a lieu de préciser que le congé de paternité est un droit accordé à tous les employés, quels que soient leur statut au sein de l’entreprise, la nature de leur contrat, leur ancienneté et leur situation de famille. Tout salarié peut s’absenter de son travail à l’occasion de la naissance de son enfant ou à l’occasion de l’accueil d’un enfant adopté au sein de son foyer.